Face au tourisme de masse, au stress du voyage, au fait de se sentir pressé par des contraintes de temps, au sentiment de faire part d’un troupeau de moutons, allant d’un bout à l’autre d’une ville magnifique sans rien y voir, mais surtout, face à cette désagréable sensation de n’avoir rien vu malgré avoir passé une semaine à courir partout, une nouvelle forme de tourisme est bien partie pour rester : le Slow Tourisme.

Un concept confondant de simplicité

Le slow tourisme est une nouvelle forme de tourisme qui tient son nom du slow food, une sorte de réaction intelligente face aux mauvaises habitudes alimentaires qui incite les gens à réapprendre à manger en redécouvrant les plaisirs de table.

Le slow tourisme est une forme alternative de tourisme axée autour de l’idée de prendre le temps de découvrir une destination, d’en apprécier les atouts et les paysages, notamment des destinations proches, tout en privilégiant le contact avec la population locale et les moyens de transport moins polluants.

Le slow tourisme est la nouvelle tendance, et comptabilise de plus en plus d’adeptes. Ce concept de voyage lent qui préconise de profiter pleinement de ses vacances, sans avoir un programme strict établi à l’avance ni des horaires à respecter à tout prix, est parfaite pour tout ceux qui ont décidé de s’accorder du temps, de se détendre, de ne plus passer leurs vacances dans le stress et d’arrêter de faire la course aux monuments sous le prétexte de ne rien rater.

Un tourisme plus humain

Plus authentique, plus naturel, le but du slow tourisme n’est autre que de s’imbiber le plus possible du lieu que l’on visite et d’éviter les foules en empruntant des circuits moins prisés, tout en permettant la construction d’un véritable lien avec la population locale, et la création d’une connexion privilégiée. Ainsi, si vous priorisez par exemple, l’hébergement chez l’habitant, vous en découvrirez plus sur la vie quotidienne des locaux, ce qui n’est pas forcément le cas lorsque vous séjournez dans une chaîne internationale d’hôtels.

Par ailleurs, il est aussi possible d’opter pour le voyage en vélo, en train, en roulotte, à cheval ou en mobylette pour découvrir tout d’abord notre entourage au lieu de défiler à toute vitesse vers des endroits plus lointains, sans en apprécier la richesse. De ce fait, ce type de tourisme prône de connaître d’abord véritablement notre région, le monde qui nous entoure, notre pays, plutôt que de courir s’émerveiller des beautés lointaines.

Pour des vacances humaines, rien de mieux que d’essayer d’apprendre à prendre le temps.